Processus de création

ATTENTION : ce dossier révèle des moments clés de l’intrigue et est destiné aux personnes ayant déjà lu Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom!

Ce que j’ai écrit en premier, c’est La Fée Taquine. Ce que j’ai publié en premier, c’est Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom

Un travail scolaire se trouve en quelque sorte à la base de Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom. En troisième année de secondaire, nous devions écrire un conte. J'ai alors eu l'idée d'une histoire qui se passerait dans une forêt, et dont le personnage principal serait un petit garçon aux cheveux noirs appelé Tsin-Ho. Je voulais une histoire pleine du charme, du mystère, de la solitude de la forêt. Mais je n'ai pas osé utiliser cette idée poétique pour la composition que je devais rendre. J'ai plutôt écrit un conte écologique se passant dans une forêt et dont le personnage était un petit bonhomme blond nommé Pip : plus banal, plus court, plus conforme aux attentes du professeur, plus à la mesure de mes capacités d’alors. Mais j'ai continué à inventer cet autre conte dans ma tête.

J'ai ainsi composé les toutes premières pages de Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom lorsque j'avais quinze ans environ. Comme ça, en improvisant à mesure, sans savoir dans quelle direction je souhaitais mener l’histoire. Tsin-Ho y est devenu Akar. Puis j’ai abandonné, comme je le faisais toujours. Je me lassais vite d’écrire une histoire, pour en commencer une autre!

Premier brouillon foretPour ce début, mon inspiration principale a été le livre pour enfants Voyage au pays des arbres, de Jean-Marie-Gustave Le Clézio: j'en avais un livre-cassette dans mon enfance (en fait, je l'ai toujours), avec de belles et mystérieuses illustrations par Henri Galeron. Comme dans plusieurs contes et autres récits pour enfants, la forêt y est un lieu de magie.

Voyage au pays des arbres2 1Même en n’écrivant plus cette histoire, j’y pensais de temps en temps. Je souhaitais vaguement faire sortir Akar de sa forêt pour l'égarer dans l’univers qui a été celui de mes quinze ans, mais je sentais que je n’avais pas le talent de capturer et de reproduire cette courte période de l’adolescence, où tout change si vite. Donc, je laissais le manuscrit de côté en me demandant si j’aurais un jour le talent nécessaire de le mener à bien.

Je souhaitais aussi qu’il rencontre une camarade de classe avec qui il sympathiserait : un amalgame de Neige et de Tempête, auquel je n’avais pas donné de nom; en fait, une fille avec la personnalité de Neige, mais dans la situation de Tempête.

Mon frère avait le CD Deep Heart’s Core de Kate Price qui contenait la chanson Labyrinth. Je l’aimais beaucoup et je l'ai entendue plusieurs fois. Je ne sais pourquoi, j'ai un jour imaginé Akar la chanter à la fille qu'il aimait. Je les voyais se rejoindre dans un labyrinthe en pleine nature, la nuit.

Deep heart s coreJe ne savais pas, à l’époque, que cela m’inspirerait, mais j’ai lu le manga Fruits Basket de Natsuki Takaya, qui traite directement et surtout indirectement de l’intimidation. La parution d’un manga de 23 volumes, cela s’étend sur des années − j’ai donc beaucoup et longtemps réfléchi sur le sujet. C’était comme une thérapie − pour moi qui déteste avoir affaire à un psychologue, c’en était surtout une forme qui me convenait. Mes réflexions m'ont amenée à me faire la promesse de contribuer à la lutte contre l’intimidation dans les écoles. Puis j'ai réalisé que Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom pouvait être le moyen de tenir cette promesse.

Fruits basket art bookLorsque j’étais à l’université, j’ai relu, par hasard, le début de mon manuscrit, ce qui m’a inspirée à le poursuivre. J’ai rassemblé mes souvenirs de ce que je souhaitais faire de ce livre, puis griffonné un plan très, très sommaire (qui se résumait à peu près à : forêt − secondaire − cégep − université − forêt...). J’ai interrompu ma révision de La Fée Taquine pour écrire le premier brouillon en quatre mois, dans un joli cahier à couverture de papillons sur fond beige. Puis je suis revenue à La Fée Taquine, dont j’ai finalisé une première version. Ensuite, j'ai passé plusieurs mois à corriger et à retravailler Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom (y compris le début composé plus tôt que le reste).

Pigna natureEn écrivant, je me suis aperçue, avec une certaine surprise, que j’étais désormais capable d’accomplir ce qui dépassait mon talent quelques années auparavant : saisir la mentalité et l’environnement de mes quinze ans pour m’en inspirer.

J’ai séparé le personnage féminin en deux pour créer Tempête et Neige, comme l’a fait Hayaô Miyazaki des sœurs Satsuki et Mei dans son film Mon Voisin Totoro. Si j’avais fait de Neige la camarade de classe d’Akar, tout le livre aurait été un conte : elle a quelque chose de magique qui ne se serait pas éteint, même dans la plus banale des salles de classe. Tempête, avec sa souffrance, ses défauts, ses maladresses et sa colère contenue, contribue à tirer peu à peu le milieu du récit vers le réalisme − avant que Neige ne ramène le tout vers le conte, comme je le souhaitais.

My neighbor totoroLe plus gros blocage que j’ai rencontré avec ce manuscrit, c’est le passage écrit par Tempête. Je l’ai réécrit je ne sais combien de fois, alors que le personnage le compose de façon spontanée dans le récit. Ça n’allait jamais, je n’aimais pas le résultat, et puis quel sujet difficile − mon esprit se refusait encore à l’aborder de face. Et je voulais englober le plus d’aspects possibles du sujet, tout ce que je n’avais pas mentionné plus tôt dans le récit. Mais comment empêcher que ça devienne lourd, didactique? Je n’ai réussi ce passage que lorsque j'ai réalisé que Tempête ne pouvait pas avoir le même style d'écriture que moi − et alors, en tenant compte de sa personnalité à elle, ça a coulé tout seul. 

Après la composition et la révision venait le temps de la publication. Même si le manuscrit de La Fée Taquine était fini aussi, j'ai préféré faire passer Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom en premier. Ce dernier étant beaucoup plus court, il m'a semblé qu'il serait plus facile de faire l'apprentissage du processus de publication avec lui. Je ne me trompais pas: il était mieux de faire face à mes premières relectures d'épreuves avec un livre court. De plus, la trame de Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom est linéaire, plus simple que celle de La Fée Taquine; ses personnages sont beaucoup moins nombreux; l'ensemble du texte avait été écrit alors que j'avais déjà plus d'expérience; ainsi, La Fée Taquine a bénéficié des révisions que je lui ai apportées après la publication de Forêt, Neige et Vent-Sans-Nom.

En 2010, mon rêve d'enfance s'est réalisé: je suis devenue un auteur publié!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×